Comme un Robinson

cabri-robinson-crusoe-cote-sauvage-daily-saint-barth

Sur l’ile de Robinson Crusoë, il n’y avait personne, à part quelques chèvres qui partageaient avec lui le privilège de regarder l’immensité de la mer bleue. Sur la côte sauvage, il y a des endroits où l’on ne voit aucune habitation et où la nature est restée telle qu’elle l’était il y a des milliers d’années. Seules quelques cabris s’aventurent au bout des rochers rouges pour contempler la mer Caraïbes. Pourvu que ça dure !

Comments are closed.

Le Plan